Être un allié

Nous devenons les alliés des filles, des femmes, des garçons et des autres groupes vulnérables lorsque nous nous engageons à agir contre la violence et l’iniquité sous toutes ses formes. (Voir Passer à l’action.) Nous pouvons prendre position contre le sexisme et d’autres formes d’injustice et agir en faveur de l’équité et l’inclusion de diverses façons – du simple mot et geste aux initiatives très larges qui ciblent le changement social. (Pour des exemples de stratégies favorisant la promotion de l’équité et de l’inclusion en milieu scolaire, rendez-vous à l’adresse www.bienetrealecole.ca.)

Toute personne a la capacité d’être l’alliée des filles, des femmes, des garçons et de tous les groupes marginalisés et exclus. Il est important d’accepter le fait qu’il n’existe aucune solution magique. Les changements qui favorisent l’équité et l’inclusion sont le résultat d’un long processus d’apprentissage, de questions, d’échange, d’écoute, d’explication et d’essais. On doit faire preuve de patience et de détermination.

Il est également important de savoir que le travail ne sera jamais fini et que nous ferons des erreurs en cours de route. Il est absolument essentiel d’avoir de la compassion pour nous-mêmes, nos collègues, les autres hommes, les enfants et les jeunes tout au long de ce cheminement. Les enfants et les jeunes peuvent apprendre d’importantes leçons sur le rôle d’allié lorsque les enseignantes, les enseignants, les monitrices, les moniteurs, les bénévoles communautaires, les familles et les autres adultes agissent comme leurs alliés.

Pour créer un milieu scolaire, communautaire et sociétal plus équitable et plus inclusif, il est nécessaire d’abord d’examiner nos propres privilèges et notre position dans la société.

Reconnaître nos privilèges

Les féministes ont réussi à exposer le fait que notre société accorde du pouvoir et un statut élevé à la masculinité par rapport à la féminité, de telle sorte qu’il est avantageux d’être un homme. Les hommes bénéficient collectivement de privilèges sociaux (des droits invisibles, non mérités et dont ils ne sont pas conscients), que cela soit dans leurs rapports quotidiens ou au sein de la société. Ces avantages sont souvent perçus comme étant « naturels ».

Bien que d’autres aspects de l’identité d’un homme puissent mitiger son statut social relatif, cet aspect de son identité lui confère des avantages et il peut profiter de débouchés simplement en vertu de son sexe biologique. (Pour en savoir plus sur le pouvoir et l’identité, cliquez sur « Pouvoir et identité ».) Ces privilèges donnent un droit de passage dans plusieurs, voire la majorité, des situations professionnelles, personnelles et sociales.

Le travail pour la promotion des relations saines et égalitaires entre les femmes et les hommes vise à redresser le déséquilibre de pouvoir afin de réduire la vulnérabilité non seulement des femmes, mais également de tout autre groupe vulnérable. On atteint cet objectif lorsqu’on favorise la « prise en charge » (voir Glossaire) individuelle et collective de tous les groupes vulnérables.

La prise en charge est accomplie lorsqu’on crée des conditions qui permettent aux femmes, aux filles et aux membres des groupes vulnérables de développer, d’augmenter et de reconnaître leurs compétences et leurs capacités de leadership et d’atteindre une autonomie décisionnelle. Un élément clé de ce projet social est la remise en question des rôles sociaux accordés aux sexes et la construction des normes sociales associées aux genres, et les contraintes sociales afférentes.

Pour réduire la vulnérabilité des autres, le premier pas consiste à reconnaître que les hommes adultes ont des privilèges sociaux par rapport à d’autres groupes. (Pour consulter la liste de questions favorisant la réflexion sur les privilèges masculins, veuillez cliquer sur « Privilèges dont bénéficient les hommes et les garçons en milieu scolaire ».)

Briser le silence

La violence contre les femmes se perpétue d’une génération à l’autre à cause de l’iniquité à leur égard et du secret qui l’entoure. On maintient également l’iniquité à l’égard des groupes sociaux marginalisés en partie parce que l’on ne reconnaît pas qu’elle existe ou on l’accepte comme étant « normale ». être l’allié des filles, des femmes et des autres groupes vulnérables nous pousse à briser le silence qui entoure la violence et les agressions faites aux filles et aux femmes, aux enfants (filles et garçons) et à tous les groupes vulnérables. Ce rôle nous incite également à reconnaître et à nommer toutes les formes d’iniquité et d’exclusion sociale lorsqu’on en est témoin.

Il faut beaucoup de courage pour briser le silence qui entoure ces injustices, souvent acceptées comme étant « normale ». En tant qu’hommes adultes, alliés des filles et des femmes, nous avons un rôle clé à jouer en parlant franchement du sexisme sous toutes ses formes (blagues, gestes, paroles, commentaires, images, attitudes, idées, politiques, etc.) aux hommes de notre entourage, à nos collègues, aux enfants et aux jeunes que nous côtoyons, aux membres de notre famille et de notre collectivité.

C’est par nos interactions quotidiennes que nous créons et maintenons une culture. C’est ainsi que nous pouvons façonner une culture qui nous ressemble réellement.

Respecter le leadership des femmes

C’est grâce aux femmes activistes qui ont agi à la lumière de leurs propres expériences et de celles des autres femmes que le mouvement féministe est né. Les femmes actives au sein des regroupements et services féministes ont acquis depuis de nombreuses années une expérience et un aperçu des causes et conséquences de l’iniquité à l’égard des femmes.

Il est important d’honorer cette expérience en appuyant les revendications des femmes plutôt qu’en les guidant. Dans la pratique, cela veut dire être à l’écoute des femmes lorsqu’elles parlent de leurs expériences, reconnaître ses propres privilèges comme homme, s’interroger sur soi-même et ses rapports avec les femmes, lutter pour qu’on mette en vigueur des politiques et des pratiques qui prônent l’équité et parler franchement au sujet des comportements et des actions sexistes des autres hommes.

En tant qu’homme, être un allié du mouvement féministe signifie donner aux femmes l’exclusivité des orientations de ce mouvement, tout en appuyant leurs actions. Notre influence sur les garçons et les autres hommes de notre entourage nous permet de jouer un rôle crucial dans la promotion des relations saines et égalitaires entre les femmes et les hommes.